Sunday, September 24, 2017

Didier Malé: Un lanceur d’alerte écolo

Posté par admin Le 22 novembre 2015

header-logo-lp

D Malé lanceur d'alerte

Didier Malé est aujourd’hui le visage du ROSO. L’association est connue au-delà du département

La dernière victoire judiciaire remonte à fin octobre. Le Roso, le Regroupement des organismes de sauvegarde de l’Oise, a obtenu la condamnation d’un gérant d’une société francilienne à six mois de prison ferme. Son premier tort fut d’avoir entreposé dans le département des déchets amiantés.
Sa seconde erreur fut d’avoir croisé le chemin de Didier Malé.

Depuis 2008, ce quinquagénaire préside le Roso, une fédération qui réunit plus de 70 associations de défense de l’environnement. Habitant Le Mesnil-en-Thelle, il s’était fixé pour mission à son arrivée de moderniser le Roso. Sa première arme : la communication. « J’ai fait entrer le Roso dans une autre dimension », résume-t-il. Il a en effet créé un site Internet pour gagner en audience. Surtout, Didier Malé médiatise les dossiers qu’il a dans le viseur. Il communique à la presse aussi bien les mauvais résultats sur la qualité de l’eau potable que ses batailles contre les bruits des aérodromes. Et il n’hésite pas à entrer dans la mêlée judiciaire quand il est question d’épandages illégaux d’herbicides, de casse automobile indélicate, de projets de centrale nucléaire, de plan local d’urbanisme non conforme. En fait, Didier Malé est sur tous les fronts.

Ses grands combats:
Le Roso a connu victoires comme défaites judiciaires. Exemples.
1994-1999. Victoire au Conseil d’Etat contre le plan d’occupation des sols sur un projet de lotissement à Fosseuse.
2012. Le Roso réussit à annuler du plan local d’urbanisme (PLU) de Verberie qui aurait permis un projet de centrale à gaz sur un corridor écologique.
2013 -2014. Jugements défavorables pour les PLU de Dieudonné et Amblainville.
2015. La Cour d’appel d’Amiens confirme la condamnation de la société Méru Auto pièces pour non-respect de la législation sur les « installations classées pour la protection de l’environnement ».
2015. Jugement défavorable pour le Roso au tribunal administratif d’Amiens sur le plan local d’urbanisme de Péroy-les-Gombries. Il a fait appel.
« Il fait un travail magnifique, s’enthousiasme Sylvie Vezier, de l’association de défense de l’environnement à Plailly, adhérente au Roso. Il a un suivi de tous les dossiers. Il a une connaissance juridique, chimique, il va sur le terrain. » Cadre-dirigeant d’une société privée de contrôle et d’inspection, Didier Malé maîtrise sur le bout des doigts la réglementation sur les bâtiments, la sécurité des biens et des personnes… Ses connaissances en toxicologie et en biologie acquises lors de ses études en Génie de l’environnement, lui permettent « de connaître les dossiers et d’avancer des arguments », dit-il. C’est sa deuxième arme.

Outre ses victoires dans des grands dossiers, ce père de deux enfants est fier d’avoir su imposer son association comme un interlocuteur crédible auprès de l’administration : « On a une oreille attentive de la préfecture », glisse-t-il.

Infatigable, Didier Malé se définit comme un écologiste convaincu. Un pragmatique aussi : « Le Roso pratique une écologie ouverte à tous. On n’est ni pour, ni contre les éoliennes. On n’est ni pour, ni contre le nucléaire. On regarde projet par projet. » Philippe Enjolras, le président de la chambre de commerce et d’industrie ne partage pas vraiment ce point de vue : « Ce que je reproche à l’association, et non pas à Didier Malé en tant que personne, c’est d’avoir des positions sectaires et jusqu’au-boutistes ».

« Je ne suis pas un écolo borné », se défend l’intéressé. « Il n’a pas du tout d’ego. Il est d’une extrême simplicité et il est à l’écoute des autres », renchérit Sylvie Vezier.

La troisième et dernière arme du président du Roso reste l’indépendance financière et politique. Le Roso ne perçoit aucune subvention. « Je n’ai pas d’élus copains et je n’en veux pas ». En dehors de l’association et de son activité professionnelle, Didier Malé marche en famille, ramasse des champignons ou pratique le VTT. Et même dans ces moments-là, il lui arrive « d’attraper des gens qui veulent déverser des m… dans la forêt ». Bref, il est vraiment sur tous les fronts, tout le temps.

Le ROSO présente le jeu de la concertation

Posté par admin Le 22 novembre 2015

header-logo-lpROSO jeu de la concertationIls sont sur tous les fronts. L’urbanisme, l’eau, les décharges, les pesticides… Les infatigables bénévoles du Roso, cette fédération qui regroupe quelque 70 associations de défense de l’environnement de l’Oise, innovent en créant un jeu de société appelé « Jeu de la concertation ».
Une façon ludique pour emmener les élus et les habitants sur un chemin peu attractif, celui du plan local d’urbanisme (PLU).

« Les PLU se résument aujourd’hui à une chose simple : où peut-on mettre les zones constructibles ? caricature volontairement Didier Malé, le président de l’association. Or, normalement, on regarde plusieurs aspects. Les transports, les bâtiments à classer, le patrimoine à protéger… » Et défaut principal selon le quinquagénaire : la concertation auprès des habitants, très insuffisante. D’où l’idée d’un jeu pour que les « élus et les citoyens s’approprient des projets pour les vingt ans à venir », dit-il.

Comment ça marche ?
Des cartes, une réglette, un tableau et des idées… Le jeu de la concertation n’en demande pas plus. L’idée consiste à réunir entre 40 à 50 personnes qui seraient réparties sur plusieurs tables. Le jeu compte 10 cartes thématiques : « vivre », « se déplacer », « habiter », « devenir », « vieillir »… Les participants en retiennent cinq selon leur priorité. Celles-ci sont ensuite disposées sur une réglette. Les habitants vont alors choisir la première carte et travailler à partir de sous-thèmes. Si on parle transport, des idées, des problématiques vont forcément émerger. Elles seront notées sur un tableau. Et tout élu suffisamment attentif pourra s’inspirer de ce qu’il a entendu bien au-delà du PLU. « Notre mission s’arrête à cette soirée de concertation », indique Didier Malé.
Deux élèves ingénieurs ont planché sur le projet. Puis le Roso a fait appel à une société d’édition missionnée pour élaborer le « Jeu de la concertation ». Le prototype vient tout juste d’être livré. « Notre but est de faire révéler les idées, les attentes des habitants », poursuit Didier Malé.

Les membres ont envoyé un courrier aux 693 maires du département pour les informer de ce nouvel outil à leur disposition. Treize ont répondu, dont celui de Chambly, David Lazarus (PS). Le jeu a même été présenté lors d’un conseil municipal : « Ce qui m’a séduit est cette façon différente de réfléchir en groupe, explique le premier magistrat. L’intérêt de ce jeu est qu’il peut s’adresser à la fois à la population et aux élus. Je vais essayer de le tester au sein du conseil. »

Articles Populaires

    Sorry. No data so far.

Designed by website templates