Wednesday, November 22, 2017

Le lotissement fait débat au Mesnil

Posté par admin Le 11 février 2014

180 logements s’apprêtent à être construits au Mesnil-en-Thelle, près de Chambly. Un projet qui ne fait pas l’unanimité parmi la population.

1752731723_3353531_1À l’heure actuelle, au lieu-dit « La Croix Jean Guermont », il n’y a qu’un champ. Mais cela pourrait rapidement évoluer. Un permis d’aménager, pour la construction de 180 logements, sur 96 000 m², a en effet été accordé le 18 novembre dernier.

Pour certains habitants, cela n’est pas raisonnable. « 180 logements, ce n’est pas terrible, il y a assez de constructions comme cela » lâche ainsi Martine Lallemant, une habitante du village. Une autre femme, souhaitant garder l’anonymat, a un avis beaucoup plus tranché sur la question. « On a assez de cas ici. Ça dépend d’où ils viennent. Ce n’est pas pour rien que nous avons demandé des caméras de surveillance », renchérit-elle. Mais certains, comme le maire Alain Duclerq, voient en ce projet l’avenir de leur commune.

Développer le village

« Je n’ai pas envie de voir mourir ma commune. Ce projet, c’est un travail de trois ans avec les services de l’État, qui va s’étaler sur 10 ans. La démographie n’augmente pas. Une classe a même été fermée. Cela fait mal au cœur. Les parents ont été mobilisés pour qu’une seconde ne le soit pas. Il y a également une forte demande de nos jeunes à rester au village », explique-t-il. Parmi les autres arguments soulevés par le premier magistrat de la commune figurent les aménagements qui seront réalisés pour l’écoulement des eaux ainsi qu’un chemin de promenade. « Il y aura une nouvelle faune et une nouvelle flore », poursuit-t-il.

Le ROSO (regroupement des organismes de sauvegarde de l’Oise) ainsi que le Petit rapporteur mesnilois, association de cadre de vie locale, ne sont guère convaincus et sont montés au créneau. Eux n’ont rien contre de nouvelles constructions. Mais ils pointent du doigt ce projet qui leur semblent démesuré. « Aujourd’hui, le village compte 2 400 habitants. Avec un tel projet, il y aurait au moins 500 habitants de plus et autant de véhicules. La voirie et les transports ne sont pas adaptés » souligne Didier Malé, président du Roso. « Les vols de nuit de l’aérodrome de Persan-Beaumont passeront juste au-dessus de ce lotissement » ajoute même Henri Flamand, du Petit rapporteur mesnilois.

Le questionnement d’un riverain, Rémy Fourche, va encore plus loin. « On nous dit que la déviation (NDLR :une route sera créée pour éviter le centre ville) sera financée par l’aménageur. Mais dans 20 ans, tout sera à la charge de la commune, c’est-à-dire l’argent des contribuables. Je crains que le maire ne se fasse avoir. »

Le permis d’aménagement est contesté. Le Roso a en effet demandé son annulation devant le tribunal administratif. Le promoteur Nexity ainsi que la direction départementale des territoires de l’Oise n’ont pas voulu répondre à nos sollicitations. Cette dernière, dans un courrier adressé au Roso le 2 août dernier, a reconnu émettre « une réserve quant à l’ampleur de la zone à aménager, le nombre de logements correspondants et le lien créé avec le village existant ».

Le Courrier Picard – Aurélien Tournier – le 6 février 2014

Ils refusent le « bétonnage » de leur village

Posté par admin Le 11 février 2014

3556251_da42f4da-8d28-11e3-a10e-00151780182c« Dans un village de 2 400 habitants où il fait bon vivre, cette cité n’a pas sa place! » Au Mesnil-en-Thelle, juste à côté de Chambly, le projet de construction d’un nouveau lotissement suscite l’opposition farouche de quelques riverains.

Soutenus par des associations, ils refusent catégoriquement l’aménagement au nord de la commune d’un ensemble devant permettre d’accueillir, à terme, environ 500 habitants supplémentaires.
Quelque 177 logements – sociaux ou en accession à la propriété, en majorité des pavillons et deux bâtiments collectifs – sortiront de terre au lieu-dit Les Basses coutures, sur un terrain actuellement inoccupé de 10 ha.
« C’est du bétonnage, et surtout, comment fera-t-on pour absorber cette population? », s’inquiète Didier Malé, résident du centre-bourg et président du regroupement associatif le ROSO.

Des recours ont été déposés devant le tribunal administratif. « Cela va représenter 1 000 véhicules minimum, car ici, il n’y a pas de transport public et peu d’emploi. Les infrastructures routières ne sont pas du tout adaptées, l’espace et les équipements publics non plus. Rien n’a été prévu. Enfin, cette zone est survolée la nuit par les avions de l’aérodrome voisin de Persan-Beaumont : c’est extrêmement dangereux! », proteste Didier Malé.

Pilotés notamment par le promoteur immobilier Nexity, les travaux n’ont pas encore commencé. Le permis d’aménager a été délivré en novembre. « Les travaux seront réalisés progressivement sur douze ans, en trois phases jusqu’en 2025-2028. Cela a été prévu dans le cadre du plan local d’urbanisme (en 2012). Nous n’avions plus de terrains disponibles. C’est un projet global, qui comprend aussi la création d’un équipement type collège si besoin, et la réalisation d’une déviation pour éviter la traversée du Mesnil, un axe fréquenté par 9 000 véhicules/jour », justifie le maire (SE) Alain Duclercq.

Ses opposants lui reprochent de mettre à mal « le caractère rural » du village. Il répond : « Il nous faut 27 à 30 habitants de plus par an pour que les services continuent à fonctionner dans la commune. Les fermetures de classes se succèdent. Notre supérette a été mise en vente faute de clients. Le bureau de poste est toujours là, mais pour combien de temps? » En 25 ans, le Mesnil-en-Thelle a gagné moins de 200 habitants. « Nous devons impérativement augmenter et renouveler la population, sinon nous allons crever! », alerte le maire.

Le Parisien – 4 février 2014

Communiqué de presse N°2/2014

Posté par admin Le 11 février 2014

Les associations et les riverains s’opposent à la cité Nexity de la commune de Mesnil-en-Thelle

Mesnil futurAprès avoir déposé un recours contre la révision du plan local d’urbanisme, l’arrêté préfectoral au cas par cas, les associations et les riverains ont déposé un recours contre le permis d’aménager de la commune accordé à la SARL les Basses Coutures.

En effet la commune prévoit la construction d’une citée sur 96000 m2 comprenant de l’habitat collectif et individuels pour 177 logements et l’arrivée de 500 habitants supplémentaires.

Dans un village de 2400 habitants « où il fait bon vivre », cette citée n’a pas sa place. Les habitants ont toujours été d’accord pour des opérations de constructions de petite taille et pour preuve différentes opérations de constructions sont en cours dans le village (maison individuelles, petits collectifs).

Ce projet est incompatible :

  • Avec le SCOT du pays de Thelle fixant à 1,15% l’évolution d’habitant sur 15 ans
  • Avec la desserte routière de rue du chef de ville du Mesnil-en-Thelle dans des conditions de sécurité satisfaisantes (arrivée de 1000 véhicules/ jour).
  • Avec la possibilité d’intégrer dans de bonnes conditions cette population supplémentaire.
  • Avec les nuisances subies de l’aérodrome de Persan-Beaumont
  • Avec le caractère rural du village.
  • Avec les réseaux d’assainissement et électricité
  • Avec la protection des espaces agricoles et chemins ruraux
  • Avec l’absence de transport collectif
  • Avec l’aménagement de l’espace public.

Après avoir caché ce projet à la population lors de l’élaboration du PLU, le maire de la commune a-t-il un intérêt personnel à agir ? Pourquoi nous expliquer que la construction de bassins d’orages est liée au dysfonctionnement de la station d’épuration alors que ce projet est relié à la protection de la zone à urbaniser contre les eaux de ruissellements ? A qui profite l’argent public ? Où est l’intérêt général ? Surement pas pour les habitants de Mesnil-en-Thelle !

La direction départemental des territoires a écrit dans un courrier en date du 2 aout 2013 :

« Pour information une réunion de l’atelier de cohérence architecturale est programmée le 27/08 en mairie de Mesnil-en-Thelle pour le permis d’aménager déposé par Nexity sur la zone 1AUM, en cours d’instruction. Sont prévus 177 logements, soit 500 habitants supplémentaires pour une commune de 2300 habitants. L’insertion de ce nouveau quartier est peu explicite dans le plan masse, de même que la vocation de l’axe de desserte principal du lotissement qui semble jouer également le rôle d’axe de courtement de la commune. Au vu des éléments du dossier, j’émets un avis favorables sur les aménagements liés à la loi sur l’eau, tout en mettant une réserve quant à l’ampleur de la zone à aménager, le nombre de logements correspondants et le lien créé avec le village existant ».

Durant le week-end, un tract sera distribué à la population du Mesnil-en-Thelle.

Catherine Piot, présidente du Petit Rapporteur Mesnilois
Didier Malé, président du ROSO.

Articles Populaires

    Sorry. No data so far.

Designed by website templates