Sunday, September 24, 2017

Communiqué de presse n°2/2012

Posté par admin Le 15 mars 2012

Communiqué de presse N°2/2012 du ROSO : Le ROSO annonce la création du STVDO : Syndicat de Traitement et Valorisation des Déchets de l’Oise

Dans le cadre de l’intérêt général des habitants de l’Oise, le ROSO rappelle qu’il est favorable à la création d’un syndicat unique de traitement et de valorisation des déchets de l’Oise. La situation actuelle avec les deux syndicats SMVO et SYMOVE est dépassée et ne correspond pas à l’intérêt général.

Le traitement et la valorisation des déchets dans l’Oise doit dépasser les clivages politique et lutte de territoire. Au cours de l’année 2011, nous avons eu l’occasion d’assister à la triste fin du projet de plan départemental déchets porté par le Conseil Général et attaqué par le préfet de l’Oise au tribunal administratif.

N’oublions pas que tout cela a nécessité la mobilisation de fonds publics (impôts des Isariens) pour payer les études et les projets. Et aujourd’hui où en est-on ? Dans une impasse ?

Pour le ROSO, ce débat appartient aux citoyens du département. Aussi, le ROSO va solliciter Monsieur le Préfet pour lui demander la création d’un groupe de travail regroupant les présidents des communautés de communes, le département, les services de l’état, le monde associatif, les citoyens afin d’aller vers la création du STVDO. Le ROSO proposera d’en assurer la présidence par intérim jusqu’à la création officielle du syndicat. Ce travail doit être conduit avec la plus large concertation des acteurs et des citoyens en reprenant les études déjà réalisées.

Quels bénéfices attendus pour les habitants du département :

  • Une mutualisation des moyens de traitement, de valorisation et d’élimination
  • La mise en œuvre d’un projet commun au niveau du département : à quoi sert le projet de centre de valorisation énergétique du Symove ?
  • Une réduction des couts de fonctionnement
  • Une gouvernance simplifiée et plus restreinte
  • L’arrêt de la multiplication des projets de stockage au détriment de l’environnement
  • Une réduction de la facture par habitant
  • Une cohérence économique et environnementale
  • La prise en compte des déchets de bâtiments dans le projet

Le ROSO souhaite la création de ce syndicat unique avant la poursuite du projet du Symove.

Nota : le STVDO est un projet cohérent demandé par le ROSO aux élus responsables et aux autorités administratives du département.

Des terres agricoles en sursis

Posté par admin Le 5 mars 2012

Olivier Traen, éleveur bovin à Bresles, s'est battu pour préserver ses terres face au projet d'urbanisation.

L’espace à usage agricole continue d’être grignoté par l’urbanisme galopant. Difficile de concilier les besoins de logement avec le développement de l’activité agricole.

Dans l’Oise, la surface agricole utile (SAU) a diminué de 5 000 hectares en moins de 20 ans, ce qui correspond à la perte de la superficie de près de cinquante exploitations professionnelles. La commission départementale de la consommation des espaces agricoles (CDCEA) est chargée de veiller à la préservation des espaces agricoles. Près de 300 documents d’urbanisme sont en ce moment étudiés par ces services qui rendent des avis consultatifs sur les enquêtes publiques.

«Attention, on n’est pas contre le développement local, on cherche à trouver le juste équilibre entre urbanisation et terres agricoles », précise Thierry Latapie, directeur adjoint à la CDCEA. Entre les besoins de logement et l’objectif du Grenelle de l’environnement qui prévoit de réduire de 50% le rythme de consommation des terres agricoles d’ici 2020, il n’est pas aisé de trouver la juste mesure.

Tout est une question d’accompagnement et de concertation. À Bresles, la Chambre d’agriculture de l’Oise et la direction départementale du territoire sont venues épauler la dizaine d’agriculteurs pris dans un étau avec l’élaboration du plan local d’urbanisme (PLU). «Le cabinet d’études imagine des projets depuis ses bureaux, sans mettre le nez dehors », regrette Olivier Traen, éleveur bovin et délégué communal de la Fédération départementale des syndicats exploitants agricoles (FDSEA). Sa ferme, située au cœur d’une zone pavillonnaire, n’avait même pas été recensée comme exploitation agricole.

Le bureau d’études lorgnait sur les terres agricoles, juste derrière les exploitations. « Sur les huit hectares convoités, j’en ai gardé deux, proches de mes bâtiments, observe Olivier Traen. Mon fils pourra ainsi développer l’activité s’il le désire. Les élus ont compris nos inquiétudes ».

Une écoute réciproque à laquelle aspire Didier Malé, président du ROSO (Regroupement des organismes de sauvegarde de l’Oise). L’association de protection de l’environnement a saisi la commission départementale de conciliation des documents d’urbanisme au sujet de la révision du PLU du Mesnil-en-Thelle. Ce village, situé en limite de la région parisienne, subit une forte pression immobilière. Bien que ce document d’urbanisme ait reçu un avis favorable du commissaire-enquêteur, le ROSO estime que les terres agricoles seront sacrifiées au profit de l’urbanisation. Une position partagée par la chambre d’agriculture de l’Oise, qui a émis un avis défavorable au projet.

La Ville, qui recense 2 309 âmes, table sur une croissance démographique de 2 800 habitants d’ici 2025. «Ils veulent urbaniser dix hectares alors qu’il y a des risques d’inondation et que des dents restent désespérément creuses en centre ville », estime Didier Malé.

Ces alternatives ne sont pas toujours prises en compte par les élus. C’est toute la lourde tâche de la CDCEA que de les convaincre d’optimiser les espaces existants, même si cela doit leur en coûter.

FANNY DOLLÉ
Le Courrier Picard – 3 mars 2012

Articles Populaires

    Sorry. No data so far.

Designed by website templates