Sunday, September 24, 2017

Recevez nos articles par mail

Posté par admin Le 19 juillet 2011

Vous souhaitez être informés quand un nouvel article est publié sur le site du R.O.S.O. ?

Inscrivez vous en indiquant votre adresse e-mail dans le formulaire ci-dessus, et vous recevrez les articles par e-mail.

Entrer votre adresse e-mail :



Ecobois rattrapé par la justice

Posté par admin Le 14 juillet 2011

TRIBUNAL CORRECTIONNEL

Les sociétés Ecobois et Varisol à Méru, spécialisées dans le recyclage de bois et le traitement des déchets, sont poursuivies pour non autorisation d’exercer.

Le dirigeant des sociétés Ecobois et Varisol, spécialisées dans le recyclage de bois et le traitement des déchets, est poursuivi aujourd’hui, devant le tribunal correctionnel de Beauvais, pour exploitation non-autorisée.

L’entreprise Ecobois, créée en 2055, le long de l’autoroute A16 à Méru, stocke et effectue du broyage de déchets de bois pour les transformer en copeaux. Le PDG, Grégory Blot, a étendu les activité de sa société sur un autre site, celui de l’ancienne friche industrielle de Jacob-Delafon à Noyon.

Sauf que sur ces deux sites, la société ne devait faire que du stockage et non de la transformation de bois. Et sur l’autre société, située à Villeneuve-les-Sablons, le PDG est poursuivi pour une gestion irrégulière des déchets.

Du broyage à deux heures du matin

“Souvent la société faisait du broyage à deux heures du matin, ce qui est interdit, explique Pascal Rousseaux, qui habite à 800 m de Ecobois, et à 400 m de Varisol, dans un hameau de trois maisons. Les volumes transformés ne sont pas non plus en conformité par rapport aux arrêtés préfectoraux.” C’est ce riverain, gêné par les poussières et le bruit, qui a alerté, il y a cinq ans, les autorités judiciaires et deux associations de protection de l’environnement, dont le Regroupement des Organismes de Sauvegarde de l’Oise, qui s’est constitué partie civile , notamment pour les négligences constatées au niveau de l’environnement. Plusieurs plaintes ont été déposées à l’encontre des deux sociétés. Pascal Rousseaux veut aller au bout et demander l’interdiction pour les deux sociétés d’exercer toute activité. Grégory Blot n’a pu être joint hier, . L’affaire portée devant le tribunal, pourrait bien être renvoyée à une audience ultérieure.

Elise Kergal
Le Courrier Picard – 12 juillet 2011

Communiqué de presse n°8/2011

Posté par admin Le 11 juillet 2011

Communiqué de presse N°8/2011 du ROSO : Ecobois de retour au tribunal le 12 juillet prochain.

La société Ecobois et son dirigeant Monsieur Grégory Blot seront de retour devant le tribunal correctionnel de Beauvais le 12 juillet prochain. Ce dossier suivi par le ROSO depuis plus de 2 ans après dépôt de plusieurs plaintes pour infraction à la législation des installations classées sur la commune de Meru revient devant le tribunal après un travail d’enquête des autorités judiciaires.

Le ROSO a mené un long travail de constats et de suivi contre cette installation ne respectant pas le code de l’environnement et provoquant des nuisances à l’environnement et au voisinage (pollution de l’eau, des sols, bruits…).

L’enquête a mis en évidence les mêmes infractions sur le site Ecobois de Noyon. Le ROSO s’est constitué partie civile dans ce dossier.

De façon plus globale, ce dossier met en évidence une absence de contrôle de la filière biomasse et une anarchie ambiante dans les filières de valorisation du bois traité (déchets du bâtiment avec peinture au plomb, colle…) et non traités. Nous rappellerons que la biomasse ne peut être utilisée que dans des installations adaptées et pourvues de système de traitement. L’emballement dans le nombre d’installations de chaudière biomasse a provoque un déséquilibre grandissant de l’offre et de la demande, porte ouverte à tous les abus réglementaires. Le magazine interne de GDF Suez de février 2011 indique : « il y a deux ans, Cofely consommait un total de 150 000 tonnes de bois par an, pour alimenter les 120 chaufferies de bois existantes. D’ici à 2015, le nombre de celles-ci sera multiplié par deux pour une consommation prévue de bois de 1 500 000 tonnes par an ». Le ROSO avait alerté les autorités de l’état lors de sa réunion annuelle d’octobre 2010 sur les infractions en cours vis-à-vis du code de l’environnement.

Le Roso s’est également constitué partie civile contre la société Valorisol gérée par Monsieur Blot dans le cadre d’infractions à la législation des installations classées. Ce dossier viendra devant le tribunal de Beauvais en septembre.

Devant l’augmentation de la valeur marchande des produits recyclés, le marché du traitement de déchets attire bien des convoitises et nécessitera plus de contrôle des autorités compétentes.

Communiqué de presse n°7/2011

Posté par admin Le 3 juillet 2011

Communiqué de presse N°7/2011 du ROSO : Amblainville : une piste cyclable pour éclairer les étoiles… le carton aune du mois de juillet

Le carton jaune du ROSO du mois de juillet est attribué à la commune d’Amblainville et son co-financeur le Conseil Général.

Que se passe-t-il dans la commune d’Amblainville ? Les 1800 habitants ont vu apparaitre un beau panneau leur annonçant la réalisation d’une piste cyclable entre le hameau de Sandricourt et Amblainville. Ces travaux ont été votés lors des séances du conseil municipal de novembre 2009, juin 2010 et septembre 2010 pour un montant de 524.737 euros TTC.

Tout écologiste digne de ce nom, pourrait se réjouir de cette initiative de vouloir créer une voie réservée aux vélos et piétons le long de la D105 entre Amblainville et le hameau de Sandricourt mais le contribuable-écologiste a une vision bien différente du sujet.

En effet, on peut se demander pourquoi mobiliser autant d’argent publique (524 737 euros) et pour quelle fréquentation du futur équipement ? N’y avait-il pas d’autres secteurs plus fréquentés par les piétons ou vélos à desservir ? Vers Méru ? Combien d’habitants du hameau de Sandricourt vont emprunter cet équipement ? A quelle fréquence ?

Alors que des prix sont décernés par l’association des éco-maires de France pour lutter contre l’éclairage inutile, le gaspillage énergétique et la pollution lumineuse, cette piste sera éclairée !!

Le ROSO attribue le carton jaune du développement durable du mois de juillet, aux dirigeants de cette commune et au Conseil Général de l’Oise pour gaspillage énergétique, pollution lumineuse et investissement mal placé. Le ROSO se demande par ailleurs comment le Conseil Général de l’Oise évalue le développement durable dans le cadre de son agenda 21 avant toute décision de financement pour les projets des communes ?

Paysage et Urbanisme

Posté par admin Le 1 juillet 2011

Quelle méthode pour préserver et développer le patrimoine périurbain?

Longtemps maltraité et banalisé, l’espace périurbain fait aujourd’hui l’objet d’attentions particulières de la part de nombreux acteurs. Urbanistes, géographes, architectes, sociologues… tous s’accordent sur le fait que ses composantes répondent aux nouveaux enjeux de notre société.

Ce dossier est réalisé par Brigitte Compain-Murez, ingénieur, chercheur, présidente fondatrice de l’association Saint-Fiacre Loire-Baratte pour la ville durable, membre de la fédération Patrimoine-Environnement.

Lire le dossier (465)

Articles Populaires

    Sorry. No data so far.

Designed by website templates